Cronique politique du vendredi matin des Matins Luxe sur Luxeradio

-------------------------------------------------------------------------------------------------

ORF_ConchitaWurst_ConcertVienna_07

Autrefois, il n’y a pas si longtemps, on allait à la foire comme aujourd’hui au cirque, applaudir les acrobates et découvrir les facéties de la nature. Que cela soit à la foire du trône ou à celle de Neu Neu, on déambulait entre les stands à la découverte de l’insolite. « Approchez, approchez, venez voir l’inimaginable, la seule, l’unique femme à barbe ! » Oui, à cette époque, la femme à barbe était une malheureuse attraction de foire. Aujourd’hui, on lui remet le trophée de l’Eurovision, devant des millions de téléspectateurs médusés. On en fait le symbole d’une Europe qui se veut tolérante et non discriminante. En fait, elle ou il, je ne sais plus, symbolise un Occident qui se renie, refuse de différencier les sexes, les peuples et les cultures.

      Autrefois, les petits écoliers portaient un tablier noir ou bleu, les filles un tablier rose. Au grand 

DownloadedFile

jamais l’un ou l’autre n’aurait accepté de renoncer à sa qualité de fille ou de garçon. Aujourd’hui, on demande aux écoliers de venir en classe en jupe  Sous le prétexte fallacieux de combattre la discrimination, on détricote, par touches, ce que les générations antérieures ont patiemment construit, une société autour d’une cellule fondamentale : la famille.

 L’Europe d’aujourd’hui idéalise un monde interchangeable, sans identité propre. Les élections prochaines vont souligner le rejet d’une grande partie des peuples européens d’une société uniforme, unisexe, qu’on veut leur imposer. Ils constatent une Europe déclinante, sans ambition, une Europe qui ne les fait plus rêver. A quelques heures de la désignation de ses députés, l’Union européenne se présente sans gouvernement véritable, sans diplomatie digne de ce nom, sans armes et surtout sans âme. Par contre, une grande ambition anime les technocrates de Bruxelles, celle d’élargir l’Union, sans pieds ni tête, jusqu’aux frontières de la Russie orthodoxe. Ils poussent les autres au conflit armé, comme en Ukraine, et déclarent cependant, à qui veut les entendre : « Nous ne voulons pas faire la guerre ». Ce pacifisme est la clé de voûte du politiquement correcte bruxellois qui récuse le conflit, à moins, à moins, que l’Oncle Sam n’en décide autrement. Il ne peut y avoir de choc des civilisations, car les européistes sont prêts à toutes les bassesses pour acheter leur tranquillité. La civilisation européenne qui a rayonné dans le Monde, est en grand danger, non pas du fait d’attaques de l’extérieur, mais parce que les Européens, particulièrement les Français et hormis l’Allemagne, attachés à leurs avantages acquis, ne veulent pas relever les défis qui s’imposent à eux.

images

On peut constater le mépris qu’affichent la Russie orthodoxe et eurasienne, l’Islam conservateur et la Chine de Confucius, vis à vis des démocraties occidentales, libérales et donneuses de leçons. Peut-être que l’Occident devrait devenir moins arrogant et enfin se poser les bonnes questions. Il devrait laisser aux autres la fatuité du divertissement transgressif qui n’est ni une fierté libératoire, ni une victoire politique.