Gabriel Banon, Politiquement Incorrect.

05 juin 2020

IRAN-VENEZUELA UN ATTELAGE INATTENDU

IRAN-VENEZUELA. Une cargaison de carburant et des équipements de raffinage en provenance d’Iran sont arrivés, aide accordée par le régime des Mollahs à un autre régime ostracisé, mais qui détient les plus grandes réserves du monde d’or noir…
https://www.youtube.com/watch?v=FzwRsbQDxos

IRAN-VENEZUELA UN ATTELAGE INATTENDU La situation est pour le moins ubuesque : le lundi 25 mai, une cargaison de carburant et des équipements de raffinage en...
YOUTUBE.COM
IRAN-VENEZUELA UN ATTELAGE INATTENDU La situation est pour le moins ubuesque : le lundi 25 mai, une cargaison de carburant et des équipements de raffinage en...

Posté par gabrielbanon à 18:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

ET MAINTENANT !

Comma tous les vendredi, voici ùa chronique politique hebdomadaire:

--------------------------------------------------------------------------------------------

         Le coronavirus sera-t-il le catalyseur non seulement d’une dépression, mais aussi d’une diminution importante de la population mondiale ? Contrairement à certains  « experts » qui annoncent une baisse drastique des populations, je pense, au contraire, que les naissances vont faire un boom, conséquence « naturel » du confinement. Rappelez-vous,  l’augmentation brutale du nombre des naissances signalée par plusieurs grands hôpitaux new-yorkais, neuf mois après la grande panne d'électricité de 1965. 

Depuis les années 1850, la croissance démographique a explosé. On était 1 milliard d’individus, aujourd’hui nous sommes 7,8 milliards. N’en déplaise à certains économistes « catastrophistes », l’effet  du Covid 19 sera peu significatif sur la population mondiale. Par contre, la famine et la malnutrition en Afrique, risquent de faire bien plus de victimes que le coronavirus.

Le monde a connu de nombreuses crises de divers degrés dans le passé, comme la peste noire au milieu du XVIIe siècle, lorsque 75 à 200 millions de personnes sont mortes en Europe et en Asie. Environ 50% de la population européenne aurait péri. Pendant la Première Guerre mondiale, environ 20 millions de personnes sont mortes et pendant la Seconde Guerre mondiale, environ 60 à 80 millions. Les catastrophes font donc partie de l’histoire, mais la démographie, imperturbable,  a continué son essor sur la planète. 

 Le Coronavirus n’entrainera donc pas une réduction importante de la population mondiale, qu’il s’agisse de la crise économique qui s’en suit ou d’un malaise social quelconque qui pourrait engendrer des désordres.

La pandémie n’est pas la cause du ralentissement de l’économie mondiale, il avait débuté bien avant mais la pandémie en a été le catalyseur. 

L’économie mondiale a été totalement dépendante du crédit et d’une inflation de la circulation fiduciaire  au cours des 100 dernières années. Est-ce les signes d’un système malade ? C’est plutôt des bulles successives qui finissent toujours par éclater, du fait même des règles du système. Depuis la fin du lien or/monnaie, imposé par Nixon, la monnaie est devenue en réalité, une simple ligne d’écriture.

  Mais l’émission de la monnaie à  intérêt zéro, ou presque, a une limite que le système ne peut pas franchir. 

 Oui, les grandes catastrophes font partie de l’histoire et n’ont jamais annoncé la fin du monde, monde qui se trouve, aujourd’hui, dans une situation de crise économique qui n’épargne aucun pays. Par contre, elle impose la solidarité, la coordination des efforts et la coopération de tous. Cet état d’esprit, cette conscience collective de l’intérêt général, survivront-t-ils après la crise maitrisée ? Là est la question.

 Le banquier Egon Von Greyerz, bien connu des « adorateurs » de l’or physique, vient de déclarer : « Ce que le monde a connu au cours des 100 dernières années n’est pas du vrai capitalisme. Cela ressemble plutôt à un capitalisme vaudou. » J’aime bien les phrases à l’emporte-pièce, mais qu’est-ce que le capitalisme vaudou ? À ma grande honte, je n’ai jamais rencontré cette forme de capitalisme, pour autant qu’il existe. Voilà pourquoi je n’aime pas les gurus. Ils emploient un vocabulaire dont eux seuls  ont le dictionnaire.

Il n’y a pas encore de famine majeure, mais elle se profile déjà en Afrique. Les troubles sociaux et la guerre même, y sont des risques pour beaucoup de pays. Si la gouvernance n’est pas à la hauteur des défis, les affamés et les pauvres risquent de se soulever contre leurs dirigeants et l’élite. Les différences de revenus et de standard de vie entre riches et pauvres vont créer une situation intenable, si les pays développés s’enferment dans un égoïsme suicidaire. C’est ainsi, et presque sans exception, que toutes les révolutions ont commencé.

Les banques centrales du monde entier font leur maximum pour empêcher le monde de sombrer, en luttant entre autres, contre la pauvreté. Elles créent des quantités illimitées de monnaie afin d’aider les petites et grandes entreprises, ainsi que les particuliers. Faut-il s’inquiéter du fait que cet argent n’existe pas, qu’il est quasiment virtuel. Les centaines de milliards et milliers de milliards de dollars qui vont être distribués aux plus démunis, n’existent pas. Ils sont créés à partir de rien.  Est-ce une nouvelle forme inédite de gestion de l’économie ? L’avenir nous dira si on peut développer une économie en utilisant de l’argent fabriqué in nihilo et non résultant de la création de richesses. Saura-t-on  corriger cette anticipation, au fur et à mesure que la création de richesse prendra le pas sur la manipulation monétaire. ? il en va de la survie de notre civilisation. 

 

Posté par gabrielbanon à 06:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

LES MANIFESTATIONS AUX ÉTATS-UNIS

Mozaik Radio Webtv

Loin de vouloir calmer les choses, Donald Trump a
menacé les manifestants d’une riposte violente.
https://www.youtube.com/watch?v=1AVEP-xXeTo
LES MANIFESTATIONS AUX ÉTATS-UNIS Des manifestations violentes, de véritables émeutes, secouent actuellement plusieurs grandes villes américaines, dont Washi...Afficher la suite

Posté par gabrielbanon à 05:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 juin 2020

LIBYE : LA PARTITION DANS L’INDIFFÉRENCE GÉNÉRALE

Mozaik Radio Webtv

https://www.youtube.com/watch?v=5F86-8U3zNk
Le Maroc avait, en son temps, voulu contribuer à mettre un peu de logique dans l’imbroglio politique post Khadafi.

YOUTUBE.COMAfficher la suite

LIBYE : LA PARTITION DANS L’INDIFFÉRENCE GÉNÉRALE La libye, est un drame qui devrait être suivi avec attention par tous les pays d’Afrique du Nord. Même l’It...
À propos de ce site web
YOUTUBE.COM
LIBYE : LA PARTITION DANS L’INDIFFÉRENCE GÉNÉRALE La libye, est un drame qui devrait être suivi avec attention par tous les pays d’Afrique du Nord. Même l’It...

Posté par gabrielbanon à 15:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 juin 2020

TRUMP, BIDEN, OBAMA, LE TRIO INNATENDU

Mozaik Radio Webtv

https://youtu.be/B4hNlG0DgO0
Donald Trump, fidèle à ses habitudes, a voulu se servir de l’organisation judiciaire pour embarrasser Barack Obama et par ricochet,son ancien vice-président Joe Biden…

Afficher la suite
TRUMP, BIDEN, OBAMA, LE TRIO INNATENDU D’après les choix des partis, Donald Trump et Joe Biden sont les deux candidats à la présidence des Etats-Unis. Ils vo...
À propos de ce site web

Posté par gabrielbanon à 19:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 mai 2020

L’UNION EUROPÉENNE ET LES PAYS DE L’EST

Mozaik Radio Webtv

https://www.youtube.com/watch?v=DqOVcAltJ8M
La réunification de l’Allemagne a été le prélude à une autre réunification, celle del’Europe après la chute de cet autre rideau de fer séparant le monde soviétique du reste du monde.
L’UNION EUROPÉENNE ET LES PAYS DE L’EST Il y a peu de temps, on célébrait le trentième anniversaire de la chute du mur de Berlin. La réunification de l’Allem...


YOUTUBE.COM
L’UNION EUROPÉENNE ET LES PAYS DE L’EST 

Posté par gabrielbanon à 17:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

HALTE À L'ÉCOLOGIE POLITIQUE

ÉCONOMIE

 

HALTE À L'ÉCOLOGIE POLITIQUE (PAR GABRIEL BANON)

5437685854_d630fceaff_b-
 
PARTAGER : 

Depuis longtemps, les spécialistes de l’énergie et les scientifiques sérieux savent, grâce à leurs études et statistiques à l’appui, que ces technologies sont loin d’être la solution à tous nos maux. Incapables de répondre à nos besoins, elles sont surtout polluantes. Elles ne produisent essentiellement que de l’énergie de complément, à condition d’être dans des zones favorablement exposées. 

À ce jour, le nucléaire et l’hydroélectrique sont les seules solutions à même d’assurer nos besoins en énergie, sans émission de CO2. Aucune technologie dite « de rupture » n’est en mesure de remplacer, aujourd’hui, le gaz et le pétrole, ne pourront jamais remplacer avant des décennies le nucléaire, tant du point de vue prix que celui de réponse à la pollution du CO2.  Les adeptes de cette nouvelle religion qu’est devenue l’écologie politique, sont de véritables négationnistes scientifiques.  Les plus illuminés rejettent vaccins, avions, économie mondialisée, voir les libertés individuelles. On doit se soumettre aux nouveaux dogmes écologistes, qui comme tous les dogmes ne peuvent être ni discutés ni mis en doute. L’écologie ne peut appartenir à aucun parti politique, c’est le problème de tous les citoyens, quelles que soient leurs options partisanes.

En dépit de l’échec total de l’éolien qui ne produit pas grand chose, eu égard aux besoins, et de surcroît, massacre les paysages, du solaire aux investissements lourds, et des usines  polluantes du « biomasse », la doctrine de la « transition énergétique » chère à la gamine suédoise, Greta Thunberg, reste à la mode. Sous la pression électorale des verts, l’Allemagne a fermé ses centrales nucléaires, et a dépensé à elle seule 500 milliards d’euros en éoliennes et panneaux solaires. Ce fut un échec retentissant. L’Allemagne a été obligée de rouvrir ses centrales à charbon, et d’acheter de l’énergie nucléaire à la France. L’Allemagne, citée en exemple par les écologistes, produit maintenant 10 fois plus de CO2 par kilowatt heure que la France. Depuis le fameux film d’Al Gore sur le réchauffement climatique, 3000 milliards de dollars, investis dans l’énergie verte, l’ont été en pure perte.  Avec ces capitaux, on aurait pu augmenter les salaires, construire des écoles, financer la recherche, le système de santé, venir en aide à l’Afrique et j’en passe. 

Je sais, je sais que cela n’est pas politiquement correct de parler ainsi, mais il faut bien que quelqu’un se sacrifie à dire la vérité. Aujourd’hui, le discours politique ne peut que vanter la « transition énergétique », chère à l’égérie suédoise, qui se garde bien d’évoquer le nucléaire, si ce n’est pour promettre de démanteler cette filière. Il faut savoir, qu’outre les qualités écologiques du nucléaire, cette industrie a créé 220 000 emplois hautement qualifiés, et demeure la garante de l’indépendance énergétique de la France.

La politique de l’émotion, du lavage de cerveau électoraliste et de la mauvaise foi, qu’incarne l’écologie politique, conduit tout droit à l’échec. La vraie lutte à mener est celle contre la pollution, de l’air, de la mer, contre la surconsommation et surtout contre les tentatives de prise de pouvoir de l’écologie politique 

 Ce nouveau pouvoir absolu, invisible et consensuel, qu’est devenue l’écologie politique va hypothéquer l’avenir de nos prochaines générations. 

Posté par gabrielbanon à 11:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

"Iran / U.S.A, la désescalade ?

Mozaik Radio Webtv"Iran / U.S.A, la désescalade ? Après des années de tension entre l’Iran et l’Amérique, à frôler la guerre, voilà qu’il semble que les deux irréductibles abordent aujourd’hui une désescalade que le monde entier va accueillir avec intérêt."
IRAN/USA LA DÉSESCALADE Malgré la rhétorique belliqueuse des deux Nations, l’Iran semble baisser de ton, dans son approche avec les pays occidentaux comme le...
YOUTUBE.COM
IRAN/USA LA DÉSESCALADE Malgré la rhétorique belliqueuse des deux Nations, l’Iran semble baisser de ton, dans son approche avec les pays occidentaux comme le...

Posté par gabrielbanon à 10:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 mai 2020

LES HÉROS DE TOUS LES JOURS

            La pandémie a mis sous les projecteurs des médias le corps médicale. Il ne se passe pas un jour sans que les uns et les autres, gouvernants en tête, ne rendent hommage aux combattants du coronavirus, de l’aide-soignante au professeur émérite, le pacha de ce bâtiment si spéciale qu’est l’hôpital. Loin de moi, l’idée de méconnaître les mérites des soignants, des médecins et des scientifiques de la recherche médicale. Mais en toute chose, il faut raison garder.

 C’est la faute aux médias si, certains docteurs en médecine se sont pris au jeu du vedettariat. Ils ont vite compris le mécanisme de la popularité et certains sont restés dans le cycle alarmiste, propice à la prééminence de la profession.

 Mais chaque chose à un temps, et chacun a son heure de gloire. Toutes les professions ont leurs héros, c’est les circonstances qui décident. Ne croyez vous pas que les boulangers, qui transpirent dans les fournils aux aurores, ne sont pas les héros de notre pain quotidien ?

   Nous vivons en société, c’est à dire dans l’interdépendance des uns des autres. Nous sommes toujours un héros pour quelqu’un.  Les médecins, les pompiers, les forces publiques et bien d'autres sont considérés, à juste titre les  héros du quotidien. Ces personnes sont présentes tous les jours en cas de besoin pour le bien être de leur prochain. Chacun son tour tiens, tiendra ou a tenu le rôle principale, le faisant le héros du moment.

  Le coronavirus n’a nullement changé l’échelle de valeur ou la construction de la société. Il a mis en lumière, c’est certain, des corps de métiers dont nous avons peut-être oublié l’importance. Il nous a fait prendre conscience de nos interdépendances, mais ne peut pas aboutir à une révision drastique des relations humaines qui sont, elles, basées sur la sérénité et pas la panique.

  Les médecins vous diront qu’à force de frapper un individu, il finit par ne plus sentir la douleur. Les spécialistes de la torture le savent bien, qui mettent une pause entre chaque sévice. Les médias et les gouvernants, à force de matraquer le même message, vont finir par obtenir le contraire du but recherché.

Autrefois, le monde médical était clos, vertical et hiérarchisé, plus, il était muet, tenu par le secret médical. Aujourd’hui, l’émergence des technologies de l’information et de la communication, modifie la donne. Cette intrusion de la technologie a pour conséquence de perturber la relation singulière médecin-patient.

À l’ère des médias sociaux, de l’information instantanée et de la perméabilité entre les sphères publique et privée, il peut être tentant pour le corps médical de répondre aux questions pressantes des médias qui s’intéressent à la condition de leurs patients, alors que ces derniers ne sont pas en mesure de lui fournir les autorisations requises. 

Désormais, un nouveau rapport de force s’impose : celui d’une société consumériste d’information médicale, où transparence, confidentialité, échange et partage des données s’affrontent à travers les enjeux humains et éthiques qui en découlent.

 

Plus les technologies de l’information et de la communication s’étendent et plus elles bouleversent notre vision du monde. En ce sens, les notions d’échange, de partage et de flux, qui matérialisent la capacité des parties à interagir, se mélangent et se complètent.

  La transparence exigée, constitue « un fondement essentiel de la sphère publique », mais la quête d’une transparence de l’information n’a rien de nouveau.  Ces vingt dernières années, la pression s’est amplifiée, sous l’effet d’un mouvement de citoyenneté à l’allure de phénomène de société. Ce phénomène s’est renforcé par l’émergence grandissante des médias dans le monde de la santé. 

Posté par gabrielbanon à 12:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 mai 2020

LA CHINE PREND LE RELAI ?

Mozaik Radio Webtv
"Le modèle américain a du plomb dans l’aile, alors que
le modèle chinois retient toutes les attentions. Le
« soft power » qui a été l’épine dorsale de la
domination américaine, n’est plus qu’un lointain
souvenir."…
LA CHINE PREND LE RELAI ? La crise sanitaire que nous vivons encore aujourd’hui, avec une autre présidence aux Etats-Unis, aurait été l’occasion pour Washing...
YOUTUBE.COM
L’édito du jour de Gabriel Banon 28 05 2020

Posté par gabrielbanon à 17:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]