Tollé en Algérie ! pour la junte algérienne, le président français, Emmanuel Macron, a franchi le Rubicon, allant là où aucun de ses prédécesseurs n’a osé s’aventurer : faire croire que la nation algérienne n’existait pas avant la colonisation française.

   Il s'agit là aux dires des généraux, d'une digression impardonnable qui n'a jamais été commise par aucun président français. 

  Faux ! les généraux algériens devraient revoir leurs livres d’Histoire.  Macron ne fait que marcher dans les pas du Général de Gaulle.

  Emmanuel Macron n’est pas le premier président français à avoir remis en question l’existence d’une nation algérienne.

  Bien avant lui, le 16 septembre 1959 précisément, alors que l’Algérie est encore une colonie française, le général de Gaulle, dans un discours télévisé, va tenir des propos encore plus précis. 

  Voici ce que dit le général De Gaulle dans son allocution : « Car, depuis que le monde est le monde, il n’y a jamais eu d’unité, ni, à plus forte raison, de souveraineté algérienne. Carthaginois, Romains, Vandales, Byzantins, Arabes syriens, Arabes de Cordoue, Turcs, Français, ont tour à tour pénétré le pays, sans qu’il y ait eu, à aucun moment, sous aucune forme, un État algérien », affirme ainsi avec aplomb l’érudit Charles de Gaulle, alors président de la République française. 

 Il est vrai que le pouvoir d’aujourd’hui, en Algérie, a intérêt à omettre, voir oublier, les propos du général de Gaulle qui sont d’une crudité sans pareille mais conforme à la vérité historique des faits qu’il annonce et assume.

 Pour la junte à Alger, toute vérité n’est pas bonne à dire !