Ma lettre ouverte aux cousins a scucité diverses réactions dont certaines que je devrai d'abord m'adresser à ma communauté. Pour ceux qui ne semblent pas au fait de mes écrits, ils trouveront ci-après deux lettres ouvertes parues dans MarocHebdo il y a quelques temps déjà.

                                        LETTRE OUVERTE

                AUX ISRAÉLIENS D’ORIGINE MAROCAINE

 Voilà maintenant soixante cinq ans que l’Etat d’Israël existe. Soixante cinq ans aussi que l’état de guerre perdure et que la population israélienne vit dans l’attente d’une Paix toujours espérée et jamais conclue.

Bientôt deux générations n’auront connu que la guerre, les alertes, les attentats et la violence.

L’opinion mondiale est lasse de ce conflit, les sentiments des uns et des autres s’exacerbent et se radicalisent.

Et pourtant, chaque fois que l’espoir d’une Paix se dessine, c’est l’enthousiasme, la joie et le soulagement. Rappelez vous les lendemains des accords d’Oslo, les déclarations d’Itzak Rabbin : «  Il est un temps pour la guerre, il est un temps pour la paix » ce moment est arrivé, avait-il ajouté.

Depuis son assassinat, de guerre en guerre, de trêve en trêve, la situation perdure. Aucune lueur d’une fin prochaine ne se dessine. Et pendant ce temps là, petit à petit, la nature juive de l’Etat d’Israël s’estompe. Si, rapidement, un Etat palestinien n’est pas mis en place, bientôt, on ne pourra plus dire qu’Israël est un Etat juif.

Tous les hommes de bonne volonté doivent se mobiliser, et particulièrement ceux d’origine marocaine. Ce n’est pas parce que certains ont été absorbés par le « système » que vous ne pouvez pas faire entendre votre différence. Vous êtes plus d’un million de citoyens à part entière. L’extrémiste Liberman avec beaucoup moins, a profité d’une loi électorale démocratique, pour d’autres scélérate, pour imposer les idées d’une minorité et mettre en danger l’avenir du Pays.

La Paix ne se fera pas par les armes. Elle ne peut s’envisager que si la confiance des uns vis-à-vis des autres est rétablie. Ce n’est que si le « vivre ensemble », cohabiter dans la sérénité, les uns à côté des autres, deviennent la croyance des deux peuples, israélien et palestinien.

Aucune négociation, directe ou indirecte, secrète ou officielle, sous l’égide ou non de grandes puissances, ne peut réellement aboutir, si dans les esprits des uns et des autres, la croyance dans la coexistence, n’est pas devenue une réalité.

Je peux comprendre les réticences, la méfiance des Israéliens qui n’ont jamais eu de passé avec le monde arabe. Mais, vous, les Israéliens d’origine marocaine, vous pouvez, vous devez être cette passerelle qui explique, conforte et se bat contre les préjugés. Votre passé marocain n’est pas si loin, votre mémoire est encore vivace, des temps où juifs et arabes vivaient en harmonie au Maroc.

Chaque jour apporte la preuve que vous êtes restés attachés à cette Monarchie à nulle autre pareille. Vous pouvez et vous devez témoigner et être cette conscience d’Israël du monde arabe.

Organisez vous, devenez un groupe incontournable et pesez sur les choix et les orientations du gouvernement. Vous devez témoigner sans relâche, que la coexistence pacifique avec les Palestiniens est possible. Vous devez peser pour que les négociations reprennent au plus vite et qu’un Etat palestinien se mette en place. C’est la seule solution pour la sécurité et la pérennité de l’Etat d’Israël.

Une responsabilité historique vous échoit, il faut l’assumer.

Gabriel Banon

 

Lettre ouverte de Gabriel Banon au premier ministre d’Israël, Ariel Sharon
Les conclusions qui s’imposent

Gabriel Banon

 

 

Monsieur le Premier ministre, Le dernier sondage commandé par l’Union européenne interpelle tous les juifs de par le monde et devrait vous interpeller plus particulièrement. Vous Ariel Sharon, Premier ministre de l’Etat d’Israël, êtes directement concerné par les résultats de cette consultation.
Ce sondage réalisé par EOS Gallup Europe et rendu officiel le 3 novembre dernier soumettait aux Européens une liste de 15 pays, parmi lesquels la Corée du Nord, l’Iran, les Etats-Unis, la Libye, la Chine, l’Union européenne et Israël. Les sondés devaient désigner quels pays représentaient un danger pour la Paix.
Horreur et damnation, Israël arrive en tête chez 59% des personnes interrogées. Comment "le pays le plus démocratique du Moyen-Orient" a pu en arriver là? Est-ce le peuple d’Israël qui s’est dévoyé? Est-ce la religion juive qui a perdu ses valeurs?
Je vous pose ces questions, à vous monsieur le Premier ministre d’Israël. Qu’avez-vous fait de l’héritage de Ben Gourion, de Beghin et, plus près de nous, de Rabin?
Car, en réalité, ce n’est pas le Pays qui est ainsi mis en cause, c’est votre politique, c’est la façon dont vous avez géré toutes les opportunités de Paix, c’est la violence qui perdure, c’est les assassinats ciblés, c’est la misère dans laquelle se trouve aujourd’hui le peuple palestinien, c’est tout cela que ce sondage condamne.
Le soin que vous avez apporté à détruire les accords d’Oslo, la constance et l’opiniâtreté dont vous avez fait preuve dans le sabotage systématique de toutes les initiatives de paix, qu’elles viennent d’Israéliens soucieux de l’Avenir, de Palestiniens fatigués de tant de violence et de misère, de personnalités étrangères soucieuses du devenir des deux peuples ou encore de chefs d’Etat inquiets de l’instabilité de la région.
Vous avez, ainsi, construit une image d’Israël que la majorité des juifs, plus particulièrement israéliens, rejettent fermement. Ils ne se reconnaissent pas dans un "pays arrogant et dominateur", tel que l’avait décrit Charles de Gaulle, ils ne se reconnaissent pas non plus dans un pouvoir où seule la force primerait.

Instabilité

Vous n’êtes pas sans savoir que l’interminable conflit israélo-palestinien déstabilise le monde arabe et, au-delà, compromet les politiques d’ouverture et de démocratisation de toutes les forces de progrès.
Les juifs non-israéliens, citoyens à part entière d’autres Etats, souffrent de votre politique sectaire, où tous ceux qui ne l’approuvent pas sont antisémites.
Vos slogans s’émoussent et chaque jour apporte son démenti à vos déclarations. L’initiative de Genève prouve à l’évidence qu’il y a des interlocuteurs épris de paix, ouverts au dialogue aussi bien chez les Israéliens que chez les Palestiniens, et non des moindres. L’accord de Genève est pour le moment virtuel, mais il est chaque jour entériné par plus d’intellectuels et d’hommes politiques, israéliens et palestiniens. Il reçoit chaque jour le soutien de personnalités politiques de l’étranger, de représentants de la société civile de par le monde et, plus récemment, du Secrétaire général de l’ONU.
Il est temps de se rendre à l’évidence, plus grand monde ne croit au mythe du Grand Israël, plus grand monde n’admet tous ces morts et ces blessés handicapés à vie, sacrifiés sur l’autel de la Sécurité.
C’est vrai, la pérennisation de cette situation est un véritable danger pour la Paix dans le monde. Ce qui est encore plus grave, c’est la désignation de l’Etat d’Israël comme le danger pour la paix mondiale qui nous interpelle et pose la question de votre légitimité à la tête d’Israël.
Monsieur le Premier ministre, il est temps que vous remettiez en d’autres mains le destin d’Israël et celui de la Paix et de la Coexistence pacifique dans cette région du monde.