Le principe de Peter démontre chaque jour : qu’on s’élève jusqu’à atteindre son niveau d’incompétence.
Saâd-Eddine El Othmani, le chef de gouvernement le démontre chaque jour par son incompétence et son ignorance de ce qu’est la bonne gouvernance. Ses dérapages nombreux me poussent à sortir du devoir de réserve que certaines de mes fonctions m’imposent.
Une bonne gouvernance demande une information rigoureuse, un minimum d’honnêteté intellectuelle et le respect d’une règle fondamentale : on démissionne lorsque l’on n’est pas d’accord avec les choix politiques et géopolitiques de l’autorité suprême de son pays.
On doit mettre en harmonie ses actes et sa signature, avec ses discours, quelque soit le public auquel on s’adresse.
Prétendre vouloir la paix au Moyen-Orient et affaiblir l’Autorité Palestinienne au profit du Hamas, est loin d’être constructif. Il est vrai que le Hamas, comme le PJD, est lié avec le mouvement dit : « Les Frères Musulmans. »
Après s’être couvert de ridicules en félicitant le Hamas pour sa « victoire sur l’entité sioniste » (peu de mémoire, pour un premier ministre signataire avec cette « entité » des accords de normalisation), voilà qu’il récidive en invitant le chef du Hamas (entité classée terroriste par l’ONU) à Rabat. Ce dernier est arrivé ce mercredi pour plusieurs jours ( ?) invité par le PJD. Manœuvre politicienne à l’approche des élections de septembre, où il est donné perdant.
La question reste entière : déclare-t-il la guerre à la politique de sa Majesté au Moyen-Orient ?