Voici ma chronique politique du vendredi:

------------------------------------------------------

  Les écolos ont trouvé leur Jeanne d’Arc, la gamine suédoise, Greta Thingerg. Elle écoute des voix, de préférence celles de ses parents, couple militant inaudible, qui a trouvé un « haut-parleur » en leur fille. Alléluia !

  Le dérèglement climatique est devenu le cheval de bataille des adeptes de cette nouvelle religion qu’est devenue l’écologie.

  Nous souffrons tous de la pollution et une lutte sans merci doit être poursuivi pour la réduire, voir l’éliminer. Les dérèglements climatiques dont personne ne maîtrise les origines, doit nous faire réfléchir sur notre mode de vie et ses dérives. Mais personne ne détient la vérité en la matière et nous devons tous être humbles devant les révoltes de la nature.

  Il est de bon ton aujourd’hui d’embarquer les jeunes, de plus en plus jeunes, des écoliers, dans des campagnes nettement orientées. Mais leur priorité doit, avant tout, être leur éducation et leur instruction. La gamine suédoise l’a déclaré avec aplomb, lors de sa harangue à l’Assemblée de l’ONU, « je dois être à l’école à étudier » Qu’elle y retourne. J’étais opposé à sa réception, mais les communicants ont aujourd’hui une autorité difficilement contestable.

  Je ferai volontiers chorus avec ce journaliste de Sky News Australie qui déclarait : « Vous êtes la première génération à avoir demandé de la climatisation dans chaque salle de classe ; vous prenez vos leçons sur ordinateur, vous avez une télé dans chaque pièce et vous utilisez toute la journée des appareils électroniques ; au lieu de marcher pour aller à l’école, vous prenez toutes sortes de moyens de transport. Vous êtes les plus grands consommateurs de toute l’histoire de l’humanité, vous achetez sans cesse les vêtements les plus chers pour être « tendance » et votre protestation est annoncée par voie numérique. Alors, les mômes, avant de protester, éteignez la clim, allez à l’école à pied, ranger vos smartphones et lisez un livre…. Ce qui n’arrivera pas, parce que vous êtes mal élevés et manipulés par des gens qui vous utilisent en disant que votre cause est noble tout en vous plongeant dans le luxe occidental le plus fou. Réveillez-vous et fermez-là. Informez-vous des faits avant de protester et commencez par respecter vos ainés…. »

 Je compléterai cet appel à être plus mesuré aux jeunes générations , en citant Descartes : « Comme nous avons été enfants avant que d’être hommes, et que nous avons jugé tantôt bien et tantôt mal des choses qui se sont présentées à nos sens lorsque nous avions pas encore l’usage entier de notre raison, plusieurs jugements ainsi précipités nous empêchent de parvenir à la connaissance de la vérité de telle sorte qu’il n’y a point d’apparence que nous puissions nous en délivrer si nous n’entreprenons pas de douter une fois dans notre vie de toutes choses où nous trouverons le moindre soupçon d’incertitude ; » (Principes philosophiques, première partie, article 1).

 Le doute est le commencement du savoir et de la maturité. Rappelons-nous ce cri de Jean de La Fontaine : « cet âge est sans pitié ! » 

  C’est aux anciens d’essayer de les comprendre, mais aussi de leur expliquer que leur monde de certitudes n’est pas exactement ici-bas. Il faut marteler à ces militants de l’impossible que c’est le doute méthodique qui peut en finir avec les émotions et les préjugés enfantins.

Il faut raison garder, rappelons-nous Descartes qui disait, optimiste : «  le bon sens est du monde la chose la mieux partagée.