Voici ma chronique du Nouvel an :

-----------------------------------------------

                         L’année qui vient de se terminer, a été pleine de catastrophes, naturelles et humaines, pleine de conflits, armés ou non, commerciaux ou diplomatiques..

Les attentats et les drames se sont succédés, dans un sentiment d’impuissance et de fatalité.  On a parlé beaucoup, à juste titre, des morts, mais on a été peu disert sur les centaines, voir les milliers de blessés, traumatisés et pour certains, handicapés à vie.

Pouvons nous, nous habituer à la comptabilité morbide des morts, qui finissent par devenir des chiffres, faisant disparaître l’Humain. Victor Hugo avait qualifié l’année 1871 « d’année terrible », peut-on le dire de 2018 ?

La guerre continue en Afghanistan, au Yémen, malgré les trêves sans cesse violées, en Syrie, au Soudan, en Somalie. L’année écoulée a vu la poursuite de conflits qui perdurent avec leurs victimes et destructions. La liste est longue, on peut citer l’insurrection du groupe Boko Haram qui s’étend du Nigéria au Cameroun et au Tchad, les djihadistes qui mènent une vraie guerre à l’armée égyptienne au Sinaï,  l’insurrection Moro aux Philippines.

 La guerre froide menée par Washington à la Russie empoisonne les relations internationales et pousse Moscou dans les bras de Pékin.

La sortie du Royaume Uni de l’Union européenne, apparemment sans accord, va faire de celle que le général De Gaulle appelait « la perfide Albion » une puissance de seconde zone, après avoir régner sur les mers et une grande partie du Globe.

Malgré les rodomontades et les coups de menton de Donald Trump, l’Amérique poursuit son déclin et la Chine son essor. 

Si l’année 2016 avait donné un coup d’arrêt à la mondialisation, les populations tenant à leurs racines, l’année écoulée a confirmé le retour en force du communautarisme.

Les conflits ont continué de plus belle, avec leurs cortèges de drames, de populations jetées dans l’errance, ne gardant comme tout bagage, que le souvenir de leurs morts. 

Les terroristes n’ont pas chômé, drapés dans la défense d’une religion qu’ils bafouent et dénaturent. Ils ne peuvent prétendre qu’ils tuent et massacrent au nom de Dieu, lorsqu’ils tuent et massacrent au nom de la Haine et du rejet de l’autre.

Le Moyen Orient, orphelin des Etats-Unis, se cherche et se déchire, l’irrationnel ayant pris le pouvoir, a livré le monde arabe à ses démons.

La Russie en devenant une force, militaire et diplomatique, incontournable, a effectué son grand retour dans le concert des Nations.

Le monde est devenu de plus en plus imprévisible et incertain. Les avancées technologiques, l’irruption de l’intelligence artificielle dans la vie de tous les jours, a provoqué une révolution aussi bien dans les relations sociales que dans le monde du travail. Au moins une génération va être sacrifiée, du fait de la disparition du travail musculaire au profit de l’intellect. Malheur à ceux qui ne sont ni formés ni adaptés aux nouvelles techniques. Oui, le monde change, et les gouvernants ne semblent pas en avoir pris la mesure. 

 Les Etats européens, avec des nouvelles têtes, et le départ du Royaume Uni, vont-ils innover dans leurs relations avec les trois grands, USA, Russie et Chine.

On a droit d’espérer une heureuse surprise dans le conflit israélo-palestinien. Les Etats arabes vont continuer à s’entre-déchirer par acteurs interposés et 2019 ne verra pas la fin de la lutte de leadership entre Sunnites et Chiites.

Quand à la Suisse, elle continuera d’être un ilot envié de calme relatif, au milieu d’un monde  pour le moins perturbé.

 L’Afrique continuera à être un continent d’avenir, où il sera bon d’y investir, mais bénéfique, quand ? L’immigration n’aura aucune solution pérenne, tant que les pays développés n’auront pas décidé d’investir massivement dans les États africains sinistrés. Cela ne serait qu’un rendu pour beaucoup de ‘donner’.

Quand à nous, hommes de bonne volonté, nous continueront à tailler la pierre brute, car la perfection est toujours pour demain.

Bonne Année à tous mes frères, mes cousins et aux autres. Je vous souhaite une année heureuse et pleine de satisfactions.