Vendredi, c'est le jour de ma chronique politique hebdomadaire.

------------------------------------------------------------------------------------      

    Pendant que Donald Trump ‘amuse’ le monde avec ses annonces tonitruantes, la Chine continu de tisser sa toile et construit, pas à pas, sa suprématie mondiale dans tous les domaines. Prochain successeur à l’hégémonie américaine, on assiste à une extraordinaire montée en puissance industrielle, commerciale et militaire de la Chine.

Après la farce qu’a constitué le sommet du G7 au Canada ces 8 et 9 juin dernier, s’impose une tragédie, nullement médiatisée, mais lourde de conséquences. Face à la Chine triomphante, les Occidentaux se trouve désemparés. Former une coalition ou se soumettre en limitant les dégâts. Faut-il s’allier à la Chine triomphante ou faire front. Voilà le dilemme posé aux anciens maîtres du monde. 

Le monde occidental va-t-il pouvoir contenir les prétentions hégémoniques de Pékin ? Ce qu’il faut retenir du dernier G7, ce n’est pas l’inaptitude de Donald Trump à toute diplomatie multilatérale, pas plus que la colère froide d’Angéla Merkel, mais l’incapacité des dirigeants occidentaux à construire une stratégie géopolitique face aux défis qui se posent à eux : Donald Trump,  Vladimir Poutine et plus urgemment la Chine.

Nombreux sont les problèmes passés sous silence : les rapports belliqueux Ukraine/Russie, l’identité Kurde au Moyen-Orient, l’Iran et son retour chaotique dans le concert des Nations,  l’impasse israélo-palestinienne, l’explosion démographique en Afrique noire et l’impuissance du reste du monde devant la déferlante chinoise. La concurrence déloyale de la Chine aurait du être le grand dossier de ce G7. Il ne l’a pas été, laissant Donald Trump détourner nos regards de la marche forcée de la Chine vers le podium suprême.

La dernière trouvaille du Président américain, la création d’une armée US de l’espace, détruit un consensus jusque là respecté, l’espace est une affaire de coopération internationale. C’est le premier jalon, vers la guerre des étoiles et le top donné à une nouvelle course aux armes spatiaux. La Chine, encore elle, a déjà par le passé, démontré qu’elle maîtrise la technique de destruction des satellites.

Xi jumping, le nouvel empereur chinois, a promis à ses concitoyens qu’il allait faire de la Chine la première puissance du monde, une douce revanche sur les humiliations endurées sous le joug des puissances étrangère, tout au long du XIXème siècle. La Chine dispose  d’un solide socle idéologique et culturel, pour qui le bien de la communauté passe avant celui de l’individu.

Obsédés par la crise ukrainienne, dont ils sont responsables pour partie, les occidentaux n’ont pas suivi les Etats-Unis et l’Italie dans leur souhait de voir la Russie de retour au G7. Quel intérêt ont-ils à jeter Moscou dans les bras de Pékin ?  C’est un mystère que mêmes les intéressés n’expliquent pas. Tant que les Européens resteront esclaves des grands principes, aucun d’eux ne pourra prétendre porter une stratégie géopolitique efficace.