Chronique politique hebdomadaire du vendredi

--------------------------------------------------------------

  Donald Trump, le président pyromane, a dénoncé l’accord nucléaire iranien, et ouvert la boite de Pandore, que les Européens vont avoir du mal à refermer.

L’attaque délibérée du président américain met à mal l’ordre international multilatéral et annonce une crise stratégique, politique et économique aux conséquences incalculables pour l’économie européenne, des confrontations au Proche-Orient, et une rupture inévitable du pacte atlantique.

  Le cynisme de Washington, ne date pas d’hier. Le slogan ‘trumpiste’ : « l’Amérique d’abord » n’est que la partie visible de la stratégie géopolitique conçue par le conseiller du président Carter, Zbignew Brezinski, voilà 37 ans. 

Pour maintenir l’hégémonie américaine, il faut appliquer la loi du plus fort, contenir la Russie en l’encerclant par les postes avancés de l’OTAN dans les anciennes républiques soviétiques de l’Est de l ‘Europe, contrôler le monde arabe grâce à la théorie-Brezinski de l’accès à la démocratie, basculer la stratégie géopolitique, du Moyen-Orient vers le Pacifique, pour neutraliser l’expansionnisme chinois et enfin affaiblir l’Europe.  Pour Donald Trump,, il n’y a de partenaires, que des vassaux dociles et obéissants. C’est le dernier combat du WASP (White Anglo-Saxon Protestant), de l’élite américaine pour maintenir son hégémonie dans le monde.

Sa décision de saboter l’accord sur le nucléaire iranien, la reprise immédiate des sanctions et surtout leur extraterritorialité, qui soumet le monde au bon vouloir de la justice américaine, isole bien sûr les Etats-Unis, mais tend d’imposer un monde unipolaire, autour de la toute puissante Amérique.

  L’Europe est mise à rude épreuve, ou elle se rebiffe, et nous aurons une crise économique majeure, ou elle obtempère aux injonctions de Washington, et elle aura perdu toute crédibilité et souveraineté, sans éviter la crise.

Si l’Europe ne parvient pas à trouver la bonne réponse à l’agression du Président américain, l’Alliance atlantique, qui était sensée protéger les Etats européens, va devenir l’expression d’une servitude à l’égard des Etats-Unis, à moins de la saborder.

Pour le moment, les retombées sont positives pour l’économie russe et chinoise dans leurs, relations avec l’Iran.

Pour les Occidentaux, le multilatéralisme est une valeur fondamentale, dans un monde globalisé. Par sa volonté hégémonique et punitive à l’égard de ceux qui ne le suivent pas, Donald Trump est en train d’ouvrir la porte à des désordres armés dont on ne peut pas prévoir les limites.

 D’autres conséquences vont bouleverser les rapports entre Nations et les relations avec les Etats-Unis :

-      Des différentes annulations d’accords passés par son prédécesseur, Barak Obama, comme la sortie de l’accord de Paris pour le climat, la signature des Etats-Unis n’engage plus que les naïfs qui y croient.

-      La continuité de l’État, n’existe plus pour Washington. Ce qui a été signé au nom de l’État par les gouvernements précédents n’engage pas le suivant.

-      Les alliances ne sont valables que tant que les intérêts directs de Washington sont sauvegardés..

C’est un bouleversement dans la gouvernance et les relations entre États souverains, qui est initié par Donald Trump. 

Allons-nous vers des guerres régionales qui risquent de dégénérer ? Elles rempliront d’aise les complexes militaro-industriels, particulièrement celui des Etats-Unis.