Chronique politique hebdomadaire du vendredi

-------------------------------------------------------------

Durant des décennies, le monde occidental a défendu le citoyen et ses droits. Mais, petit à petit, l’homme politique a oublié l’intérêt général au profit de l’arithmétique électorale. La destruction méthodique de la cellule de base de toute société, la famille, a engendré un monde égoïste où l’individu défend ses avantages acquis, sans se soucier des autres. Ces autres, qui forment son environnement, conditionnent pourtant son épanouissement et font le progrès.

Même dans ce fameux concert des Nations, c’est l’ère du chacun pour soi.

Il est loin, le temps où, après la seconde guerre mondiale, le monde unanime déclarait : « Jamais plus cela ». Pour le bien commun de l’Humanité, les Etats signent des deux mains la charte des Nations Unis. Cet impératif de construire le bien commun est dans tous les discours. Même la compétition commerciale se dote de règles, incarnées par l’Organisation Mondiale du Commerce, l’OMC. 

  En France, en 1965, le général De Gaulle déclarait : « le but ultime de la diplomatie française est de concourir à la mise en valeur de la Terre tout entière. »

  Quand l’Assemblée générale de l’ONU proclame que 2000 sera « l’année internationale de la culture de la Paix », les grandes puissances regardent ailleurs. Aveuglées par leur idéologie, l’exportation de la démocratie, ils s’affranchissent du droit international et détruisent le système onusien. L’Amérique bafouent le Conseil de sécurité de l’ONU, et s’en ‘va-t-en-guerre’ en Irak, la France, unie à l’Angleterre, sème le chaos en Libye. Prenant acte du viol de l’ONU par les Etats-Unis en 2003, la Russie prend ses propres libertés avec le droit international, en Géorgie en 2008, en Ukraine en 2014. La Chine, qui s’est dotée d’un nouvel Empereur, renforce ses routes commerciales au détriment de ses voisins et fait fi des règles de l’OMC, dont elle fait partie.

La guerre froide est de retour, ainsi que la guerre commerciale, en attendant la Guerre tout court ?

L’individu n’est pas en reste, au fur et à mesure qu’il devient nanti, la natalité se met en berne, est-ce le refus de partager ?

   Est-ce le pri payer pour les progrès techniques, la robotisation, la libre circulation des biens et des hommes, l’allongement de l’espérance de vie ? Est-ce cela que nous réserve le « vivre ensemble » ‘new look’ ?

  Ces progrès tentent d’effacer, petit à petit, la notion même de religion. Et pourtant, les religions sont et restent un marqueur essentiel de l’identité des peuples.

  Au dogme communiste a succédé celui de la technologie, de la transhumanisation et de la recherche de l’immortalité. Vont-ils être les religions de demain ? América first, Russia first, London first, la France d’abord, et les autres, on verra plus tard.

   Il est vital que les Etas fassent l’apprentissage d’une conception élargie de l’intérêt national. Il est vital que l’individu réalise qu’il ne peut se passer des autres. Sinon, l’Homme nouveau du Nouveau monde sera désespérément seul et désenchanté.