Je ne peux pas passer sous silence la nomination de la franco-marocaine, Souâd Ayada, à la tête d'une des principales instances de l'Education Nationale, le Conseil national des programmes.N'en déplaise aux esprits chagrins comme Sylvie Plane, qui a démissionnée de son poste de vice-présidente de l'instance, cette nomination est largement méritée et la présence de Souâd Ayada à la tête du Conseil national est une chance pour la France. Elle apportera aux 'français de souche' et aux autres, l'amour de l'effort, de la recherche du Mérite et du respect de la langue française comme la connaissance, fondements de la République française.