Le cas François Fillon:
Les révélations se succèdent, comme dans un mauvais feuilleton.Cloué au piloris, Fillon paye pour un système, installé par François Mitterrand en 1982. Invité à revoir les salaires des députés, il jugea mal venue une augmentation voté par les intéressés. D'accord sur la faiblesse de leurs émoluments, il décida de leur allouer une dotation "pour leur administration", dotation à gérer à leur convenance, sans aucune obligation de rendre compte. En fait, c'est un complément de salaire, et c'est ainsi que les parlementaires l'ont compris, pour la plupart, et ce depuis 35 ans.
Je regrette que Fillon, au lieu de développer une défense qui relève de l'amateurisme, au lieu de défendre l'indéfendable, aurait du reconnaître les faits et porter le fer, là où il fait mal, la remise en cause du système "Mitterrand".
Ceux qui ont déclenché ce Tsunami, n'ont pas rendu service à la France