Chronique politique du vendredi matin des Matins Luxe sur Luxe Radio

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

 

images-1

Les crises cristallisent des réactions identitaires, parfois xénophobes qui dans d’autres temps seraient vigoureusement combattues et condamnées.Dès lors qu’un parti extrémiste s’exprime, c’est pour contester l’identité nationale des uns et des autres. La recherche par un parti à asseoir son autorité, a souvent recours à l’identité nationale : définissons ensemble ce qu’est cette identité disent-ils. C’est alors un travail d’exclusion qui commence. La croissance des migrations, la mondialisation des échanges et de l’information, la standardisation de la production et de la consommation, créent des nouvelles revendications de souveraineté politique.

 En effet, le développement du pouvoir financier, du pouvoir scientifique et des médias, menacent la prépondérance du pouvoir politique.  Ce dernier a souvent recours à la mobilisation des citoyens par la question de l’identité nationale. En vérité ce qui menace la démocratie, n’est pas l’absence d’une identité, elle est personnelle et plurielle. Non, ce qui menace la démocratie et accule le pouvoir politique à la défensive, ce sont le chauvinisme, la xénophobie, le populisme et l’autoritarisme. Ces sentiments sont d’autant plus exacerbés qu’ils s’expriment dans une situation économique mauvaise, créant des tensions sociales et des bouleversements dans la hiérarchie des classes sociales. Malraux à ce propos disait qu’il s’inquiétait « des formes imprévisibles que prendrait le retour du refoulé religieux, s’il se présentait en rupture avec les siècles de culture sur lesquels notre civilisation s’est édifiée. »

 Ce n’est plus des races ou des religions qui s’affrontent aujourd’hui, mais des identités qu’Amin Maalouf considère comme meurtrières. C’est à chaque Individu de trouver ses références culturelles et ses modes de pensées.La quête éperdue de l’identité nationale et de l’inclusion significative peut entrainer le fanatisme autoritaire. La recherche de l’identité nationale est une arme idéologique redoutable et l’exemple des élections présidentielles en Côte d’Ivoire illustre cette utilisation à des fins politiciennes en éliminant des challengers dangereux. Cette notion d’identité fonctionne comme un piège idéologique. Elle prend souvent la place centrale dans le débat politique et devient une cause de désagrégation de l’unité nationale.

images

 La guerre froide entre l’Occident mené par l’Amérique et les pays de l’Est menés par l’URSS de l’époque, a illustré également la construction d’uneidentité de blocs à des fins partisanes. A l’époque, Washington, par l’intermédiaire du Département d’Etat, est allé jusqu'à s’approprier la peinture dite « d’Action painting » de peintres américains tels que Pollock, car, à leurs yeux, elle était exemplairement porteuse de l’identité américaine. On confond souvent Nationalisme, patriotisme et identité nationale. La nationalité qui fonde l’Etat nation,  comme l’a dit Margaret Tatcher : « demeure le foyer de la loyauté et de la souveraineté dans le monde moderne. »

 L’identité nationale est le propre de tout citoyen et il n’a nul besoin de commission politique ou religieuse, pour la lui définir.