Quatrième de couverture de Pas d'Orchidées pour l'entreprise, aux éditions Editions Encre (Paris) 1983.


pas dorchidee pour lentrepriseConsidérer l'Entreprise comme un ensemble soumis à l'hégémonie du capitalisme serait une erreur. Pour Gabriel Banon, l'entreprise n'est pas un champ clos où s'affrontent les différents partenaires sociaux qui la composent, mais une cellule vivante qui impose sa vérité. Agent de changement, on attend tout d'elle. Tantôt on la charge de tous les maux, tantôt on la porte au pinacle. Croire que l'on peut durablement modifier son évolution et adapter ses conditions de vie à une quelconque idéologie est une profonde méprise.

L'entreprise est elle-même source de socialisation, de nationalisation et même d'internationalisation. Cette prise de conscience nous fera peut-être l'économie d'une révolution.