Chronique Politique du Vendredi Matin dans les Matins Luxe sur Luxe Radio


Le nez sur le guidon, ne regardant ni à droite, ni à gauche, encore moins devant soi, les peuples d’Occident sont tétanisés par les crises qui se succèdent. Ils doivent faire face à la crise des « subprime », la crise financière, la crise de la dette souveraine, les remous dans la zone euro et le surendettement de la grande puissance américaine. Mais le monde ne s’arrête pas à notre porte. La mondialisation nous oblige à nous inquiéter des pays voisins et bien au-delà.

asieL’extrême Orient est en train de devenir une poudrière, et par le jeu des alliances et des interférences économiques, nul ne peut prétendre être à l’abri d’un conflit venant des pays du Levant. Les iles, les atolls et les fonds marins de la mer de chine, font l’objet de revendications récurrentes et concurrentes. La Chine, quant à elle, revendique l’ensemble de la mer de Chine méridionale et au-delà, y incluant l’ile de Taiwan. Avec son développement économique, renaissent les ambitions ancestrales de la Chine, ceux de l’Empire du Milieu, un Etat sans égal souverain.

 A l’opposé des conclusions du sommet d’Asean qui s’est tenu à Bali, recommandant de régler les litiges par des négociations bilatérales, la Chine considère que la mer constitue un intérêt majeur national pour lequel elle est prête à prendre les armes. La Corée du Sud et Taiwan, alliés des Etats-Unis, aux élections présidentielles de l’année prochaine, risquent de mettre à leur tête, des hommes ultranationalistes, qui seront peu enclins à laisser la Chine empiéter sur leurs prérogatives. Une autre poudrière asiatique, la Birmanie risque également de poser des problèmes, avec le retour sur la scène politique de l’irréductible prix Nobel de la paix, Aung San Suu Kyi.Tout ceci se développe sur fond de lutte d’influence entre les deux grandes puissances : les Etats-Unis et la Chine.

 L’Asie, de toute évidence, ne pourra résoudre l’émergence incontrôlée de la Chine, l’ambition renaissante de ce puissant voisin, qu’en surmontant ses divisions historiques et en formant des groupes d’intérêts autour de cet autre acteur qu’est Washington. Le retour en force des Etats-Unis sur la scène de la région Asie-Pacifique, se heurte, bien entendu, aux ambitions régionales affichées de la Chine. Force est de constater que tous les ingrédients d’une véritable guerre froide entre les Etats-Unis et la Chine, sont en train de prendre place. Les contentieux ne manquent pas à cette rivalité. Comment se désintéresser de cette partie du continent asiatique par laquelle transite plus du tiers des liaisons commerciales de la planète et la moitié de son approvisionnement en pétrole et en gaz. L’Amérique est après tout un pays dont la moitié est tournée vers le Pacifique.

 Aujourd’hui, on réactive des institutions tombées en léthargie, on intensifie et on élargie les alliances militaires, on compte ses amis. Cela ne vous rappelle rien ? C’est une véritable guerre froide, ou alors cela en a tout l’air.