Chronique Politique du Vendredi Matin dans les Matins Luxe sur Luxe Radio.


La Chine, considérée aujourd’hui comme une des deux grandes puissances du monde, a fait un geste ! Un geste à l’égard des pays les plus pauvres, afin de les aider à adhérer et à participer aux travaux de l’OMC. La Chine a fait un don de 280.000 euros, ou si vous préférez un don de 400.000 dollars.

Chine

Cette somme est plutôt symbolique, c’est le moins que l’on puisse dire. Car le problème est beaucoup plus important que le financement de quelques stages ou de tables rondes. Le problème qui se pose à l’Organisation Mondiale du Commerce, est de réunir les meilleurs moyens, afin de permettre aux pays en développement et aux nations les plus défavorisées, d’y participer activement. Il faut que les nations les plus défavorisées, ne soient pas seulement des marchés pour les puissances économiques, mais des acteurs à part entière, dans ce commerce, aujourd’hui mondialisé.

Ce dossier des pays les moins avancés est un des éléments des négociations de Doha, négociations dans l’impasse, voilà maintenant plus de dix ans. Les Etats-Unis, par exemple ne sont pas prêts d’accepter la suppression des quotas et des droits de douanes, qu’on réclame pour ces pays. D’autres mesures de même sorte avec l’Union européenne sont toujours en discussion. L’OMC qui cherche à aider les pays les plus pauvres, espère aboutir, au moins pour partie, fin décembre. Pascal Lamy, le directeur général de l’OMC, rappelle fort justement que : «l’accession à l’OMC a apporté des avantages substantiels à nombre de pays en développement, y compris la Chine. » Il faut que les grands marchés comme les Etats-Unis, l’Europe ou la Chine, permettent l’accès à leurs marchés publics, aux étrangers, et facilitent l’entrée des marchandises en provenances des pays en voie de développement et des plus défavorisés. Les divisions qui persistent à l’OMC sur l’aide aux pays pauvres, sont malvenues, et dénotent un égoïsme irresponsable des économies les plus riches. La mondialisation des échanges, n’est pas un boulevard à sens unique, mais une opportunité pour tous, sans exception.